Accueil > Activités > Société > Bouaké : Religion// Déclaration Conjointe de la Jeunesse Chrétienne (...)

Bouaké : Religion// Déclaration Conjointe de la Jeunesse Chrétienne Catholique, Evangélique et Musulmane en Présence des Autorités de la Région De Gbeke

mardi 29 septembre 2015, par Karim

A l’initiative de El Hadj Malick Fadiga et en collaboration avec le forum des confessions religieuses, l’aumônerie des universités et grandes écoles, s’est tenu un atelier de réflexion qui a réuni la communauté catholique des étudiants de Bouaké (CCEB), la Mission Internationale d’Evangélisation (MIE) et la jeunesse musulmane de Bouaké à travers les organisations JEMCI (jeunesse musulmane en côte d’Ivoire) ,AJMCI (Association des jeunes musulmans de Côte d’Ivoire) ,AEEMCI (Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire),la CEE MUCI( la communauté des élèves et étudiants musulmans de Cote d’ivoire) et l’AMPI (Association des musulmans pour la promotion de l’islam). Cet atelier de réflexion tenu le samedi 19 septembre 2015 a eu pour thème central : « Jeunesse musulmane et chrétienne face à l’extrémisme religieux et politique ». Après des échanges fructueux et constructifs dans une atmosphère empreinte de courtoisie, de fraternité et de sincérité, les participants : jeunes musulmans, chrétiens catholiques et évangéliques ont adopté la déclaration qui suit :

INTRODUCTION

Le constat est alarmant. Ces dernières décennies, la sphère politique est émaillée par plusieurs actes de vandalisme, de violence, de terrorisme, de fanatisme, de nombreux cas d’assassinats des personnalités politiques et religieuses, des prises d’otages politiques et religieuses et sans doute la crise poste électorale de 2010 en côte d’ivoire. Tous ces actes déplorables ont en grande partie un lien avec l’extrémisme. Du latin « extremus » qui signifie plus à l’extérieur, qui est au bout, qui est à l’extrême, l’extrémisme s’appréhende comme une tendance à adopter une attitude, une opinion extrême, radicale exagérée, qui refuse toute alternance aux idées avancées et qui conduit à vouloir les imposer par des méthodes radicales ou violentes, entrainant le plus souvent la terreur au sein de la population. Ces positions extrémistes se manifestent le plus souvent dans le domaine politique et religieux. Face à ces actes qui gangrènent nos sociétés, la jeunesse musulmane et chrétienne s’est réunie en atelier autour du thème : « Jeunesse chrétienne et musulmane face à l’extrémisme religieux et politique ». Autrement dit, quel est l’apport de cette jeunesse pour un climat social, politique et religieux apaisé ?
Considérant que tout développement humain, économique, politique, technique et social, se fait dans un contexte de paix, d’amour, de fraternité, de tolérance et de solidarité, la présente réflexion portera sur deux axes :
-  Les facteurs déclencheurs et les manifestations de l’extrémisme politique et religieux.
-  Les solutions proposées pour l’éradication de l’extrémisme de nos sociétés.

I- LES CAUSES ET MANIFESTATIONS DE L’EXTRÉMISME RELIGIEUX ET POLITIQUE

L’extrémisme religieux et politique a une source plurielle. D’abord, il découle de l’ignorance. En effet, la méconnaissance réelle des textes, la mauvaise interprétation et le manque de formation aussi bien au niveau politique que religieux conduisent très souvent à une radicalisation de la jeunesse.
Hormis ce fait, l’on pourrait citer la pauvreté qui sévit dans ce milieu. En clair la pauvreté place la jeunesse dans une situation de vulnérabilité, donc fertile à la manipulation, plus visible au plan politique que religieux.
En outre les frustrations de tout genre pourraient expliquer aussi ce phénomène. En fait, les frustrations, la médisance, la discrimination, la subjectivité dans l’analyse des faits sociaux engendrant la haine, l’amertume, l’intolérance et les récupérations géopolitiques.
Par ailleurs, l’égocentrisme rimant avec l’orgueil favorise cet état de fait. Toute fois cette énumération n’étant pas exhaustive, soulignons que bien d’autres causes pourraient intervenir. Les causes ainsi énumérées engendrent certaines manifestations. L’extrémisme qu’il soit religieux ou politique n’a qu’un seul aboutissement : La violence. Cette dernière peut être verbale et / ou physique.
La violence verbale se traduit par des injures et des diffamations principalement.
En ce qui concerne la violence physique, les manifestations sont plurielles, à savoir la mise à sac des lieux publics et religieux, les agressions corporelles, les attentats de toutes sortes, les conflits interethniques et religieux. En témoigne l’actualité nationale et internationale.

II – LES SOLUTIONS PROPOSEES

Face à la montée des violences politiques et l’extrémisme religieux, quels enseignements la jeunesse religieuse doit-elle tirer des livres révélés : notamment la THORA, la BIBLE, le CORAN ? Quelles attitudes cette jeunesse porteuse des vertus cardinales doit-elle adopter afin d’extirper définitivement ce mal de nos société modernes ?
Après lecture de ces livres Saints, plusieurs versets bibliques et coraniques interpellent sur le comportement et la responsabilité de cette jeunesse dans le monde d’aujourd’hui :

Au niveau de l’hymne à l’amour : 1 corinthiens 13,4-7 : « La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil. Elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. »
Selon le prophète Mouhamed (paix et salut sur lui) : « tu ne seras pas vrai croyant si tu n’aimes pour ton frère ce que tu aimes pour toi-même. »
Selon le prophète Mouhamed (paix et salut sur lui) : « Vous n’entrerez au paradis que lorsque vous aurez cru et vous ne croirez que lorsque vous vous aurez aimé les uns les autres. Voulez vous que je vous indique une œuvre telle qu’en l’accomplissant vous vous entre aimez ? Répandez la salutation parmi vous. » (Rapporté par le théologien musulman Al Boukhari)

Au niveau de la Tolérance : Mathieu 5v43-44 « Vous avez appris qu’il a dit : tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemis, mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. »

Sourate 16 les abeilles V 125 « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon » ;
Sourate 7 Al A’raf v 56 : « Et ne semez pas la corruption sur la terre après qu’elle ait été reformée. Et invoquez Le avec crainte et espoir, car la miséricorde d’Allah est proche des bienfaisants »

Au niveau de la paix : Romains 12 v 18. « S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. »

2 Timothée : 2 v 24 : « Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de patience. »
Sourate 16 les abeilles v 90 : « Allah ordonne l’équité et la bienfaisance. »

Au niveau du fruit de l’esprit : Galates 5 v 22 « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la bonté, la patience, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance. »

Au vu de tout ce qui précède, nous comprenons aisément que les jeunes chrétiens et musulmans se doivent de vivre leur foi, assumant par la même occasion la responsabilité qui est la leur ; ils doivent de ce fait :
-  Enseigner les prescriptions diverses c’est-à-dire les valeurs prônées par nos religions, sans toute fois oublier de les mettre en pratique ;
-  Rappeler les bonnes mœurs dans un monde corrompu ;
-  Pratiquer la justice en ayant le courage de dénoncer fermement l’injustice ;
-  Apprendre à écouter l’autre, vivre dans le respect des opinions (politique et religieux) ;
-  Avoir un comportement visant à réconcilier les autres ;
-  Respecter l’ordre établi ainsi que les autorités comme le dit Romains 13 versets 1à2 : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y à point d’autorité qui vienne de Dieu et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi, celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux- mêmes. » Dans cette même perspective le Coran affirme à la Sourate 4 les femmes au verset 59 : « Ö les croyants ! Obéissez à Allah et obéissez aux messagers et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. »
-  Retenons enfin ces deux derniers enseignements biblique et coranique pour corroborer nos dires, il s’agit notamment du livre de :
Romains 12 verset 2. « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. »

Sourate 16 les abeilles verset 90. « Allah ordonne l’équité et la bienfaisance. »

Adopter ces comportements éviterons la survenance de ces différents maux qu’a connu notre pays.

CONCLUSION

Au terme de cet atelier, il convient de retenir que bien que chaque religion ait sa particularité, les différentes religions dans leur ensemble enseignent les mêmes valeurs que sont : l’amour du prochain, le pardon, la paix, la tolérance, la justice, le respect de la vie conformément aux saintes écritures suivantes : Romains12, 17-19 « Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : A moi la vengeance, à moi la rétribution dit le Seigneur. »
Sourate 3 Al-Imran V110. « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable et interdisez le blâmable et croyez en Allah. »
Toutes ces religions révélées ont une source et un fondement commun : ʺ Dieu ʺ. Elles sont comparables à des branches d’un même arbre et puisent leur sève nourricière dans une seule et unique fontaine. Elles reconnaissent et se reconnaissent en leur ancêtre commun Abraham le père des croyants. L’Ethique et la morale sont des vertus enseignées par ces religions. Croire à l’ensemble des prophètes et messagers constitue l’un des six (6) piliers de la foi islamique. Tous ces préceptes visent à recadrer le comportement des hommes afin de créer un climat social apaisé. Dans le Coran à la Sourate 2 La vache au verset 285 il est dit : « le messager a cru à ce qu’on a fait descendre vers lui, venant de Son Seigneur, et aussi des croyants : tous ont cru en Allah, en Ses Anges, à Ses livres et en Ses messagers ;(en disant)’’Nous ne faisons aucune distinction entre les messagers’’ »
On lira également dans la Bible plus précisément dans le livre de Jacques 3, les versets16à18 : « Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions .La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie. » L’homme, en tant que croyant ne devrait être animé par aucun autre sentiment, si ce n’est que : l’Amour, la Fraternité, la Paix, la Tolérance, la Solidarité. Alors tous en mission pour une Côte d’Ivoire qui ne jure que pour la Paix et par la Paix.

Fait à Bouaké le 27 Septembre 2015,

Pour l’ensemble des organisations de jeunesses religieuses :

-  La Communauté Catholique des Étudiants de Bouaké (CCEB)
-  La Jeunesse de la Mission Internationale d’Évangélisation (MIE)
- La Jeunesse Musulmane en Côte d’Ivoire (JEMCI)
- Association des Jeunes Musulmans de Côte d’Ivoire (AJMCI)
- Association des Élèves et Étudiants Musulmans de Côte d’Ivoire (AEEMCI)
-  La Communauté des Élèves et Étudiants Musulmans de Cote d’Ivoire (CEE MUCI)
-  Association des Musulmans pour la Promotion de l’Islam (AMPI)