Accueil > Activités > Société > Education à Bouake //Le Délégué Bouaké 2 Belleville Fadiga Malick parrain de Fin (...)

Education à Bouake //Le Délégué Bouaké 2 Belleville Fadiga Malick parrain de Fin D’année de la Maternelle du Groupe Scolaire Camp militaire

mardi 22 mai 2018, par Karim

Les tous petits de la maternelle du Groupe Scolaire Camp militaire de Sokoura ont reçu ce samedi 12 mai 2018 au sein de l’établissement, le délégué PDCI-RDA Belle-ville 2, par ailleurs petit fils de Feu Sangaré Satigui Enseignant de Formation et Fils également de Feue Jeanne Françoise Sangaret épouse de Feu Lamine Fadiga Enseignante et Directrice d’école et de surcroit ancien élève de cet établissement ; ce à l’occasion de la fête de fin d’année organisée par la direction de la maternelle.
M. Malick Fadiga, parrain de la cérémonie s’est dit heureux de revenir à cette école, qui a contribué à sa formation intellectuelle : « Je suis vraiment très fier d’être ici ce matin, car c’est un jour exceptionnel, surtout pour moi-même. Je suis fils et petit-fils d’Enseignant. Je me rappelle de tous ces bons moments que j’ai passés ici. A cette époque, cette école était très belle et avait les meilleurs résultats de la ville. Je profite de cette occasion pour remercier notre directeur, Monsieur Touré Bamoutary, qui nous a beaucoup aidé afin que nous soyons dans le droit chemin et qui nous a permis de faire des études » a dit le parrain. Et d’ajouter ceci : « Je demande à tous les anciens de l’école Camp Militaire de nous rejoindre afin que nous pussions faire revivre notre école, parce que c’était une belle école ». Puis « je souhaite à ces petits enfants la même carrière que nous bénéficié car c’est la Cote d’Ivoire de Demain que nous devons préparer dans le Dialogue, l’Union et de clôturer mon propos par une promesse d’acquisition d’un air de jeu pour les enfants et un vœu de consolider l’entraide, les retrouvailles de l’amicale des anciens du camp militaire »
Avant lui, la directrice de la maternelle camp militaire 1, Mme Ouattara Abibata a égrainé un chapelet de doléances « notre maternelle souffre énormément. Ces bâtiments datent de 1953, après la crise post-électorale, des personnes de bonne volonté ont remplacé des tôles. Il faut une réhabilitation totale de trois classes en plus de cela, nous n’avons pas de toilettes. Les enfants sont obligés de déféquer en brousse et sont exposés à de nombreuses maladies », a-t-elle lancé et d’ajouter « une maternelle doit être obligatoirement séparé de l’école primaire, parce que les enfants sont tout-petits. Nous souhaitons la délimitation de la maternelle. En effet, lorsque vous placez un jeu le soir, le lendemain matin, vous ne le retrouvez plus ». A-t-elle révélé. Quant à Monsieur Coulibaly Souleymane, conseiller pédagogique et Monsieur Gohi Benoît, Inspecteur pédagogique de remercier toute l’assistante qui a effectué le déplacement et d’adresser une mention spéciale de reconnaissances et de bienfaiteur à l’endroit du délégué PDCI RDA pour toutes ses actions dans le domaine éducatif.